« Les mercredis de RCE »

Ce mercredi, on ouvre le nouveau numéro Regards Croisés sur l’économie paru hier : l’économie (se) raconte-t-elle des histoires ! À défaut de se replonger, on se plonge dans l’éditorial du numérohttps://www.cairn.info/revue-regards-croises-sur-l-economie-2018-1-page-7.htm !

“Sommes-nous tous fous ? Sur quoi se fonde la foi que notre société porte à l’économie ? Qu’est-ce que la « science économique » a de si particulier que dans les lieux de pouvoir ou dans les médias, la parole de l’économiste est si rarement remise en question ? Sous couvert de rationalité, l’économie ne nous raconterait-elle pas des histoires ? […] Ce numéro de Regards croisés sur l’économie vous propose un voyage exceptionnel au cœur de la rationalité, dans l’insondable de nos croyances et dans les confins du monde pas si enchanté des économistes.”

“Cette petite histoire humoristique qui circule dans les milieux économistes illustre le mythe qui entoure la figure de l’économiste : « Au premier jour, Dieu créa le soleil. Et le Diable créa les coups de soleil. Au second jour, Dieu créa le sexe. Et le Diable créa le mariage. Au troisième jour, Dieu créa un économiste. Le Diable réfléchit… Et en créa un second. » L’économiste serait-il donc une créature de Dieu, divine, adulée pour sa précision et ses théories prédictives, ou bien créature du Démon ? Les modèles, les équations, les chiffres sont autant d’attributs qui rendent l’économiste crédible, qui font que l’on veut croire en lui. Pourtant, l’économie en tant que discipline académique est traversée de débats, contradictions et modèles concurrents pour expliquer le monde et le prévoir : voilà qu’arrive un deuxième économiste, et soudain, tout s’effondre, ils débattent à n’en plus finir.”